Médias

Archives

Tabellionages au Moyen Âge en Normandie. Un notariat à découvrir

Sous la direction de Jean-Louis Roch.

Le tabellionage est à la France du Nord ce que le notariat est au Sud. Ce sont des notaires et ce ne sont pas des notaires. Dans le midi, la signature du notaire suffit. Les tabellions doivent eux faire valider les actes qu’ils enregistrent par l’autorité judiciaire dont ils dépendent. Les deux faces de la justice, la gracieuse et la contentieuse restent étroitement liées. Dans certaines régions, ces actes ont été conservés dès le XIVe siècle dans des centaines de registres, en Normandie, en Bourgogne, dans l’Orléanais ou le Dunois. Les historiens disposent là d’une source exceptionnelle, qui va leur permettre de pénétrer dans la vie des familles, éclairer la vie économique, les pratiques religieuses, le rôle de la femme ou les décalages entre la pratique et les coutumes. Le tabellionage normand présente cependant des caractères particuliers, il ne contient guère de testament, ni d’inventaire après décès; il sépare le meuble et l’immeuble; et il oublie souvent de conserver le premier. Les recherches rassemblées ici éclairent les modes de tarification, les raisons qui ont poussé à mettre en registre, le comportement des élites urbaines, le rôle des tabellions dans l’administration fiscale, ou la manière dont ils contournent le poids de la très originale coutume normande. On a voulu fournir au lecteur un guide d’exploration et d’utilisation des tabellionages. Les villes de Caen, Rouen, Alençon, Neufchâtel, Louviers ou Vernon, seront tour à tour abordées. Il a semblé important aussi d’élargir ces recherches d’une part à la période postmédiévale, d’autre part à une autre terre à registres, les pays de Loire. La Normandie n’est pas seule dans cette histoire.

Plus d’informations sur le site Internet des Presses Universitaires de Rouen et du Havre

Comments are closed.