Médias

Archives

Axe 4 – Révolution française, révolutions des XIXe-XXIe siècles

Axe 4

2022

Coordination: Michel Biard, Jean-Numa Ducange

Membres: Yannick Bosc, Déborah Cohen, Rémi Dalisson, Jean-Yves Frétigné, Pascal Dupuy, Laurent Lemarchand

Bilan 2015-2020

L’axe 4 Révolution française/révolutions des XIXe-XXIe siècles a en grande partie réalisé les objectifs qui avaient été annoncés pour ce CQD entre 2015 et 2019. Depuis le début du CQD, cet axe autrefois consacré à la seule Révolution française, héritage d’une longue tradition d’études révolutionnaires présente à l’Université de Rouen depuis la naissance de celle-ci, s’est ouvert à l’Histoire contemporaine. Il a depuis été coordonné – jusqu’en 2020 – par deux enseignants- chercheurs, Michel Biard, professeur d’Histoire de la Révolution française et du monde moderne, et Jean-Numa Ducange, MCF d’histoire contemporaine (HDR depuis décembre 2019 et désormais PR depuis 2020), tout à la fois fin connaisseur de l’historiographie de la Révolution française et des mouvements révolutionnaires aux siècles suivants. Le point de rencontre annoncé pour ce CDQ était avant tout un intérêt partagé entre les membres de l’axe pour l’histoire politique et l’histoire culturelle, ce qui n’a pas été démenti bien sûr par les travaux réalisés au cours de ces années.
Plusieurs colloques et journées d’étude, dont la majorité de ceux prévus au programme initial, se sont déroulés, avec souvent l’occasion de collaborer avec plusieurs des partenaires traditionnels de l’axe (Société des études robespierristes, universités de Clermont-Ferrand et Lille). Tous ont donné lieu à des Actes publiés, le plus souvent l’année suivante ou un an plus tard. Sont ainsi tour à tour sortis des presses sous la codirection de Michel Biard : en 2015 L’écriture d’une expérience. Histoire et Mémoires de Conventionnels (Actes d’un colloque réuni à Tokyo en 2013 et d’une journée d’étude à Ivry-sur-Seine en 2014) ; en 2016 Collectionner la Révolution française(colloque de Vizille en 2015) ; en 2018, Déportations et exils des Conventionnels (colloque de Bruxelles en 2016). En 2017, Michel Biard, Jean-Numa Ducange et Jean-Yves Frétigné ont codirigé la publication de Centralisation et fédéralisme. Les modèles et leur circulation dans l’espace européen francophone, germanophone et italophone (colloque de Rouen en 2016) ; puis, en 2019, Michel Biard et Jean-Numa Ducange ont codirigé le volume consacré à L’exception politique en révolution. Pensées et pratiques (1789-1917) (colloque de Rouen en 2017). Enfin, en novembre 2019, Michel Biard, Jean-Numa Ducange et Jean-Yves Frétigné ont codirigé le colloque de Rouen sur le thème Mourir en révolutionnaire, dont les Actes devraient être prévus pour 2021. De son côté, Yannick Bosc a lui aussi codirigé plusieurs journées et colloques, en collaboration avec des membres de l’ERIAC (Christopher Hamel et Emmanuel Faye) : en 2015, publication des Actes du colloque Cultures des républicanismes. Pratiques, représentations, concepts, de la Révolution anglaise à aujourd’hui (en co-direction avec Rémi Dalisson, Jean-Yves Frétigné, Christopher Hamel et Carine Lounissi) ; en 2019, publication des Actes d’une journée d’étude Hannah Arendt, la révolution et les droits de l’homme (en co-direction avec Emmanuel Faye) ; organisation en novembre 2019 du colloque Républicanisme et communs. Quelle république à l’âge des communs ? Pour leur part, Pascal Dupuy a organisé en 2017 une journée d’étude consacrée aux Modes de circulation des images entre 1750 et 1848 : représentation, politique et diffusion (à paraître en 2020), et Deborah Cohen, en 2019, un colloque sur le thème Extraordinaires-ordinaires (XVIe-XXIesiècle) (à paraître). La plupart de ces colloques ont rassemblé chacun une vingtaine de communicants, pour certains venus de pays étrangers. Ainsi, pour ne mentionner que les plus récents en novembre 2019, 22 intervenants pour le colloque Républicanisme et communs et 26 pour le colloque Mourir en révolutionnaire.

En outre, plusieurs colloques, journées d’étude et séminaires ont été organisés dans le cadre du GRR EUROSOC (https://eurosoc.hypotheses.org/2016-2018) et du RIN PEACE (2018-2019), les deux projets étant coordonnés par Jean- Numa Ducange et consacrés à l’histoire des socialismes, intégrant donc plusieurs dimensions de l’histoire révolutionnaire. On citera notamment une journée d’étude consacrée à l’historien roumain Georges Haupt (2016, dans le cadre d’EUROSOC) et un colloque relatif à l’histoire des socialismes et pacifismes (dans le cadre du RIN PEACE, 2019). Parmi les nombreuses relations internationales des membres de l’axe 4, on citera notamment la collaboration avec l’Académie dessciences de Shanghai dans le cadre du GRR EUROSC, avec l’université de Sun-Yat-Sen à Canton dans le cadre du RIN- PEACE, et avec l’université de Hangzhou (Zhejiang) dans le cadre d’un projet sur l’histoire croisée France-Chine, ainsi que les invitations de Michel Biard comme conférencier dans les universités de Canton et Hangzhou.

Plusieurs ouvrages et articles de Ludivine Bantigny ont pris place dans l’axe 4, en particulier le livre intitulé Révolution,paru chez Anamosa en 2019 et qui retrace l’histoire du mot et des pratiques, dans une dimension transnationale. Cet aspect se retrouve également dans le numéro 11 de la revue Monde(s). Histoire, espaces, relations, codirigé avec Boris Gobille et Eugénia Palieraki : « Circulations révolutionnaires dans les années 1968 ». Toujours avec Boris Gobille et Eugénia Palieraki, Ludivine Bantigny a organisé à Rouen et Paris un colloque international sur les expériences protestataires et révolutionnaires, « Troubler l’ordre », en juin 2018. Elle évoque aussi ces enjeux dans le livre 1968, de grands soirs en petits matins, réédité en Point Seuil en 2020, mais aussi dans le numéro spécial de la revue Sensibilités. Histoire, critique et sciences sociales,sorti en août 2020, « La chair du politique ».

Par ailleurs, chaque année, un séminaire d’axe s’est tenu, avec dix séances annuelles (puis huit en 2019-2020), animé par les deux coordinateurs de l’axe et rassemblant un auditoire qui a oscillé entre une quinzaine et une trentaine de participants (notamment étudiants inscrits en master et doctorants). Ce séminaire a été scindé à parts égales entre la Révolution française et la période contemporaine, et il a fait alterner des présentations et discussions autour d’ouvrages récemment publiés avec des présentations de chantiers de recherche en cours.
Enfin, comme en atteste la liste de leurs publications, les membres de l’axe ont publié de nombreux ouvrages et participé activement à des activités scientifiques, en France comme à l’étranger

Projet 2021-2026

PROJETS de l’axe 4 : Révolution française, révolutions, réforme et Etat (XVIIIe-XXIe siècles)
Responsables: Michel Biard et Jean-Numa Ducange
Fort d’une longue tradition d’études révolutionnaires, présentes à l’Université de Rouen depuis la naissance de celle-ci dans les années 1960, cet axe s’inscrira également dans l’ouverture chronologique et spatiale impulsée lors du précédent CQD lorsque ses membres ont décidé de rassembler leurs recherches sur la Révolution française et celles sur les révolutions dans le monde du XIXesiècle à nos jours. Ludivine Bantigny a mis en chantier deux ouvrages portant sur l’histoire d’événements et pratiques révolutionnaires : l’un sur la Commune de Paris et l’autre, un collectif codirigé avec Quentin Deluermoz, Boris Gobille, Laurent Jeanpierre et Eugénia Palieraki, Une histoire globale des révolutions, tous deux à paraitre aux éditions La Découverte (respectivement en mars 2021 et septembre 2022).
Cet axe s’inscrira aussi dans une seconde continuité, celle qui a vu le GRHis mettre en œuvre de nombreux projets communs avec plusieurs autres universités (Barcelone, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Lille, Paris I) et la Société des études robespierristes, ainsi qu’avec d’autres équipes de recherche normandes (ERIAC ).

Davantage que dans le précédent CQD, où différentes manifestations scientifiques ont pu porter ici sur la seule Révolution française, là sur la période contemporaine, les membres de l’axe entendent désormais développer avant tout des projets transversaux, sans pour autant que la Révolution française s’en retrouve réduite à n’être qu’une révolution parmi d’autres comme cela avait pu être autrefois implicitement proposé dans le cadre de ce qui fut nommé « la révolution atlantique ». Trois thèmes majeurs seront au cœur des manifestations scientifiques au cours du CQD à venir : la Souveraineté en révolution, les constructions politiques, les transmissions politiques ; les trois pouvant bien entendu se recouper.

D’ores et déjà, voici les projets de journées d’étude et colloques proposés :

  • En 2021, une journée d’étude sur La guerre de siège à l’épreuve de la Révolution française : de la perception des contemporains à l’information du peuple sur la guerre (Côme Barbaray et Michel Biard).
    • Toujours en 2021, une journée d’étude, en partenariat avec l’Université de Bordeaux, consacrée au Massacre de Peterloo (1819)(Pascal Dupuy).
  • En 2022, le colloque international Commune/s, Communs (Yannick Bosc, Michel Biard, Jean-Numa Ducange). Un des thèmes, proposé par Yannick Bosc, y sera intégré : La Révolution française, le commun et l’individu.
    • En 2022, un colloque international en partenariat avec l’Université de Bordeaux, sous le titre Traditions et transmissions révolutionnaires intermédiales entre la France et les îles britanniques (1789-1848)(Pascal Dupuy).
  • Toujours en 2022, une journée d’études sur Les républicanismes. France, Royaume-Uni, Etats-Unis, XVIIe– XVIIIesiècle(Yannick Bosc, Pascal Dupuy, Christopher Hamel), en collaboration avec l’équipe d’accueil rouennaise ERIAC.
    • Enfin, encore en 2022, une journée d’étude sur La précarisation du pouvoir d’Etat au XVIIIesiècle (Laurent Lemarchand).
  • Au printemps 2023, à Paris, un colloque terminal sur le projet ANR Actapol en partenariat avec l’Assemblée Nationale, l’Université de Lille, celle de Clermont-Ferrand et la Société des études robespierristes (Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers).
    • En 2023 également, un colloque international réunissant deux propositions, celle de Michel Biard et Rémi Dalisson sur les Assemblées nationales délibérant sous la pression de l’intervention politique populaire, et celle de Yannick Bosc sur Maintien de l’ordre et révolution, réprimer le peuple en révolution. Titre d’ensemble et partenariats à trouver.
    • En 2023, un colloque sur les idéologies et mouvements républicains dans l’espace de l’Europe méridionale (Espagne, France, Italie, Portugal, Grèce)(Jean-Yves Frétigné).
  • En 2024, un colloque La « terreur », histoires et usages, 1794-2024(Yannick Bosc).
  • En 2025, une journée d’étude sur Droit à l’existence, droit au travail, propriété(Yannick Bosc).