Actualité

  • Aucun événement

Médias

Archives

Mar.Ven

Mariegole Veneziane
Projet d’édition numérique des statuts des corporations vénitiennes – XVe –XVIe siècle

(dans le cadre du projet CorNum)

Les corps de métier sont, dans les dernières décennies, au coeur des préoccupations des historiens de l’économie et de la société de l’Europe moderne. Il y a plusieurs raisons à cela, dont certaines étroitement liées à l’évolution contemporaine des sociétés occidentales et notamment au problème du contrôle des activités économiques de la part des pouvoirs politiques. Pour rester à l’époque moderne, un débat s’est engagé dans les années 1990, entre deux historiens, notamment Sheilagh Ogilvie et Steven Epstein au sujet du rôle que les corps de métier auraient joué, en tant que freins ou plutôt pour encourager l’innovation économique. D’autres débats historiographiques importants sur le sujet concernent le pouvoir des corps de métier dans la détermination de la qualité des produits, leur rôle dans la transmission des compétences techniques et leur pouvoir d’exclusion de la scène économiques de certains acteurs, tels que les femmes et les minorités religieuses, notamment les juifs.

L’étude des Statuts des corps de métier d’une grande ville industrielle telle que Venise dans les derniers siècles du Moyen Age et les premiers siècles de l’époque moderne permettra des avancées importantes dans ces débats dont le fait de mettre à la disposition des chercheurs les sources. Le corpus des Statuts vénitiens est particulièrement riche et varié et les règlements évoluent dans le temps: on peut donner l’exemple de la place des femmes qui change selon les conjonctures économiques. L’étude des Statuts des métiers vénitiens permet par exemple de nuancer la thèse du ‘déclin’ de la présence des femmes dans les métiers organisés.

Par le projet MAR.VEN, nous souhaitons offrir à la communauté scientifique un outil indispensable pour accompagner les résultats du projet GAWS. Il s’agit de numériser et étudier les statuts (mariegole) des métiers vénitiens, rédigés au cours du XVe siècle et réformés au début du XVIe, suite à la constitution d’une nouvelle magistrature de contrôle (Savi alle mariegole). Alors que les premiers statuts ont fait l’objet d’une édition au début du XXe siècle (G. Monticolo, I capitolari delle arti veneziane sottoposte alla Giustizia e poi alla Giustizia vecchia dalle origini al MCCCXXX, Rome 1896-1914), les versions successives des statuts anciens et les statuts des nouveaux corps de métier n’ont que rarement fait l’objet d’études systématiques. Le XVIe siècle est, pour l’économie vénitienne, le moment d’une réorganisation fondamentale, suite aux nouveaux équilibres du commerce international. Dans un contexte de crise, les élites marchandes, nobles et bourgeoises, s’investissent de plus en plus dans les activités artisanales et industrielles, et notamment dans l’industrie du luxe. L’organisation de la transmission du métier et l’acquisition des savoir-faire en sont profondément modifiées.

Par le projet MAR.VEN nous souhaitons approfondir et rendre accessible le volet règlementaire de cette évolution majeure. Loin de contenir simplement des règles ‘internes’, les statuts contiennent la transcription des lois promulguées par le gouvernement central (et notamment par le Sénat de Venise) au sujet de chaque métier. Ces documents mettent donc en lumière non seulement la vie ‘interne’ du corps de métier, mais aussi l’ensemble de la politique du gouvernement vénitien en matière économique. Le projet MAR.VEN se concentrera sur les métiers qui sont au coeur de cette évolution de l’économie vénitienne, et notamment les ‘arts’ qui produisent et commercialisent les produits de luxe: arts de la soie, du verre, des métaux précieux (joailliers, diamantaires, bijoutiers, batteurs d’or), des fourrures, des parfums et de la mercerie ; ainsi que l’imprimerie et les activités ‘artistiques’ : peinture et sculpture. Il s’agit d’un corpus documentaire très vaste, de plusieurs milliers de feuillets manuscrits, conservé à la Bibliothèque du Musée Correr de Venise. Une des rares copies des Statuts des tisserands vénitiens de samit de soie se trouve à la Bibliothèque François Villon à Rouen. L’édition numérique rendra possible la comparaison entre les statuts médiévaux et les statuts de l’époque moderne, dans le cas de corporations anciennes (ex. les joailliers) et, pour celles qui sont fondées au XVIe siècle (ex. les imprimeurs), leur évolution au cours de l’époque moderne.