Médias

Archives

BUREAUX Guillaume

G_BUREAUXDoctorant du GRHis, Contrat doctoral en Histoire Médiévale à l’Institut Historique Allemand de Paris en partenariat avec l’EHESS sous la direction d’Elisabeth Lalou et co-encadré par Lydwine Scordia.
Membre du groupe de recherche : « La performance des jeux et des compétitions pour la socialisation au Moyen Âge » dirigé par Vanina Kopp (Institut Historique Allemand).

Axes de recherche :
Histoire politique et culturelle des cours d’Anjou et de Bourgogne au XVe siècle
Histoire des divertissements chevaleresques
Histoire de la chevalerie et de la littérature chevaleresque et féérique

Master Recherche : Tournois, joutes et pas d’armes dans les Etats bourguignons au XVe siècle. Politiques festives et utilisations politiques des fêtes de chevalerie à la cour des ducs de Bourgogne 1407-1486, Université de Rouen, sous la direction d’Elisabeth Lalou et Lydwine Scordia.

Thèse en cours : Union et désunion de la noblesse en parade. Le rôle des pas d’armes dans l’entretien des rivalités chevaleresques entre cours princières au XVe siècle.

Résumé de la thèse :
Etudier les pas d’armes reviens à n’étudier qu’un aspect restreint des divertissements chevaleresques, et plus encore des divertissements médiévaux. Nonobstant l’aspect restrictif des pas d’armes, il faut comprendre qu’il ne s’agit pas ici d’étudier un duel (à pied ou monté) entre chevaliers de manière linéaire ou de manière purement formelle. Il est nécessaire d’avoir des bonnes connaissances de la littérature chevaleresque de l’époque puisque le pas d’armes, ou plutôt le règlement du pas d’armes, viens plonger les participants dans un univers à la fois poétique, littéraire et fantastique. En somme, il s’agit pour les participants de s’immerger fictivement dans un univers imaginaire, sorte de réalité « parallèle » si chère à Roger Caillois. L’image de l’immersion volontaire des passionnés d’histoire lors des reconstitutions historiques contemporaines pourrait être un bon exemple.
Toutefois, il convient de comprendre que les pas d’armes, au même titre que les tournois ou les joutes, ne sont pas des spectacles organisés uniquement pour le bon plaisir d’un Prince et de sa cour. Là où la joute viens, au XVe siècle, ponctuer quasi-systématiquement un traité de paix ou une alliance, le Pas lui va venir célébrer l’union de l’ensemble d’une Maison Princière et de son peuple : pensons notamment au Pas de Nancy (Mariage de Marguerite d’Anjou et d’Henri VI) ou au Pas de l’Arbre d’or (Mariage de Margueritte d’York et Charles le Téméraire) suivi de très prêt par un banquet formidable et des entremets mémorables.
Si le Pas entérine les amitiés, les liens fraternels existant entre membres d’une même Maison, il exacerbe également les rivalités entre chevaliers ! Qu’il s’agisse de rivalités courtoises ou clairement inamicales, il est de mise de faire mieux que son adversaire, que ce soit en qualité de tissus, en taille de suite chevaleresque ou en symbolisme (incarnation d’un chevalier mythique, se référer le plus souvent possible aux textes anciens…). Notons l’étrange complexité, de même que la ressemblance et la proximité des pas d’armes angevins et bourguignons à partir du deuxième tiers du XVe siècle.
Pour un tel sujet, étudier le Pas comme un entrainement à la guerre n’a que peu d’intérêt. Cependant, en prenant en compte que ce type de divertissement servait les ambitions du Prince, l’utilisant comme objet de promotion personnelle (auprès de son peuple et de ses rivaux), nous comprenons mieux en quoi le divertissement nobiliaire servait très concrètement le domaine politique de la fin du Moyen-Age. En cela il semble que nous pouvons voir le rôle des divertissements chevaleresques, et notamment des pas d’armes, dans l’affirmation et le renforcement des sociabilités ludiques à la fin du Moyen Age.

Organisation (colloques/journées d’étude)

  • Organisateur de la journée d’étude internationale « Chevalerie en représentation » à l’Institut Historique Allemand de Paris, 19 avril 2016.
  • Co-organisateur (avec Maxime Emion, univ. Rouen) de la journée d’étude des doctorants GRHIS-GRIC-CRAHAM « Normes et pratiques » à l’Université de Rouen, 27 avril 2016.

Articles

  • « Pas d’armes et vide iconographique : Quand le texte doit remplacer l’image (XVe siècle) », Perspectives Médiévales, 38, Textes et images, 2017 [à paraître]

Communications

  • « Les suites chevaleresques, miroir et outil de la mise en scène du prestige seigneurial dans les Pas d’armes au XVe siècle », Workshop “Pracht, Preis, Prestige im Mittelalter” de l’a.r.t.e.s. Graduate School for the Humanities Cologne et de l’Instituts für Altertumskunde der Universität zu Köln en coopération avec l’Institut Historique Allemand de Paris, Cologne, 3-4 novembre 2016.
  • « La théâtralisation du pouvoir au sein des pas d’armes angevins et bourguignons », journée d’étude internationale « La chevalerie en représentation », Institut Historique Allemand de Paris, 19 avril 2016.
  • « Des chapitres d’armes au combat dans les lices. Le cas des pas d’armes au XVe et XVIe siècle », journée d’étude des doctorants GRHIS-GRIC-CRAHAM « Normes et pratiques » Université de Rouen, 27 avril 2016.
  • « The Persistence of the Warrior Tradition in the last years of Middle Age. The example of the Pas d’Armes during the reign of Charles the Bold » , 51st International Congress of Medieval Studies (Kalamazoo, Michigan), 12-15 mai 2016
  • « Union and disunion of the Nobility. The role of Passages of Arms in games of rivalries in princely courts during the fifteenth and sixteenth century », International Medieval Comgress, (Leeds, Angleterre), 3-7 juillet 2016.
  • « Créer une féérie chevaleresque. L’imaginaire des romans au cœur des pas d’armes bourguignons : le cas des pas du Perron Fae (1463) et de l’Arbre d’or (1468) », Atelier des doctorants CRAHAM-GRHis-GRIC, Université du Havre, 10 juin 2015.
  • « Union et désunion de la noblesse en parade. Le rôle des pas d’armes dans l’entretien des rivalités chevaleresques entre cours princières (XVe-XVIe siècles) », Séminaire d’histoire médiévale EPHE-IHA, Institut Historique Allemand de Paris, 17 juin 2015.
  • « Jeux et enjeux vestimentaires au sein des pas d’armes. Le costume dans le jeu des rivalités chevaleresques entre Anjou et Bourgogne (1443-1450) », Jeux et enjeux de pouvoir à l’époque prémoderne – lien, Université d’été de l’Institut Historique Allemand de Paris organisée par Vanina Kopp et Pascal Firges, 23-26 juin 2015.

Enseignements

  • « Pouvoirs et société dans l’Occident Médiéval », TD (L1), Université de Rouen
  • « La Normandie Médiévale », TD (L3), Université de Rouen