Médias

Archives

Le rôle des communautés religieuses dans la fabrique urbaine de Rouen (Xe-XVe siècle)

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 10/12/2018
14:00 - 18:00

Emplacement
Université de Rouen - UFR de Lettres

Catégories Pas de Catégories


logo du grhisSoutenance de thèse de Mme Lise Levieux

 

> le 10 décembre 2018 à 14h00

> Salle du Conseil, UFR de Lettres (Mont-Saint-Aignan)

Sujet : Le rôle des communautés religieuses dans la fabrique urbaine de Rouen (Xe-XVe siècle)

Sous la direction de Mme Elisabeth Lalou et la co-direction de Mme Elisabeth Lorans

Présentation

La ville de Rouen est, du 10e au 15e siècle, un centre religieux puissant. Siège de l’archevêché, cet espace accueille près d’une quinzaine de communautés religieuses et comprend trente-six églises paroissiales à la fin du Moyen Âge. Ces communautés religieuses, qui suivent une règle, doivent, au 10e siècle, s’insérer dans un espace urbain déjà formé par les multiples interactions entre la société et son environnement. L’intégration d’un complexe monastique ou conventuel doit composer avec les autres éléments constituants de la ville tels la voirie, l’habitat ou les pôles de pouvoir. La prise en compte des différentes composantes de l’espace urbain n’est pas le seul élément déterminant de l’implantation des communautés : le lieu choisi résulte également de l’observance de la communauté et du soutien de bienfaiteurs influents. La construction d’un complexe monastique ou conventuel au sein de la trame urbaine est un processus plus ou moins long impliquant l’acquisition de divers terrains et leur aménagement. Par la suite, ce complexe religieux modifie son environnement dans la longue durée que ce soit par des agrandissements successifs ou par la modification de ses abords. Cet enclos gèle une portion de l’espace urbain et s’inscrit durablement dans le parcellaire de la ville. Enfin, les communautés agissent – ou interagissent – sur tout l’espace urbain : d’une part, par leur rôle dans la formation du maillage paroissial, d’autre part par la création de secteurs urbains spécifiques ou par leurs possessions foncières. Ces différentes facettes de l’impact des communautés religieuses dans la ville de Rouen ont été étudiées à l’aide d’une base de données textuelles et d’un système d’information géographique qui permet de travailler à différentes échelles d’espace et de temps.

Jury

  • M. Boris Bove, Maître de Conférences HDR, histoire médiévale, Université Paris 8
  • Mme Cécile Caby, Professeure des universités, histoire médiévale, Université Lumières Lyon 2
  • M. Yves Henigfeld, Maître de Conférences HDR, archéologie médiévale, Université de Nantes
  • M. Jacques Le Maho, Chargé de recherche honoraire au CNRS, Université de Caen Normandie
  • Mme Elisabeth Lalou, Directrice de thèse – Professeure des universités, histoire médiévale, Université de Rouen Normandie
  • Mme Elisabeth Lorans, Co-directrice de thèse – Professeur des universités, archéologie médiévale, Université de Tours

Comments are closed.