Médias

Archives

Du corpus à l’exégèse : Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, entre provinces et capitales européennes

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 26/11/2014 - 27/11/2014
Toute la journée

Emplacement
Musée des beaux-arts de Rouen

Catégories Pas de Catégories


affichecorpus_webColloque organisé par l’Université de Rouen (GRHis) et le Musée des Beaux-Arts
de Rouen, avec le soutien de la Métropole Rouen Normandie (CREA).

 

I- Historiciser l’interprétation ? Protocoles et sources de l’interprétation
À l’occasion de la troisième édition du « Temps des collections » (six expositions temporaires) organisée par le Musée des Beaux-Arts de Rouen, où est présentée une nouvelle acquisition du peintre rouennais Adrien Sacquespée, nous proposons le premier volet d’un cycle de trois rencontres consacrées à « l’interprétation » entre 2014 et 2016. Ces journées se proposent d’interroger les « modèles » et les « sources » historiques de l’interprétation de la peinture au XVIIe
siècle.
Nous évoquerons d’une part des travaux relatifs à des lectures interprétatives et à des protocoles de lectures « historiques », c’est-à-dire formalisés par les acteurs eux-mêmes, et plus ou moins contemporains des oeuvres étudiées (pratiques spirituelles, grilles de lectures académiques, emblématiques et allégoriques, etc.). Nous pourrions, d’autre part, interroger ce qui fonde tout travail d’historien et notamment la légitimité de son interprétation, à savoir le recours aux « sources » supposées, le corpus et les référents externes (textuels ou visuels), des oeuvres et artistes étudiés. Ici s’imposent à la fois la question de la délimitation et de la pertinence des sources convoquées ; celle des différentes et problématiques formes de traduction, médiation, intégration, incorporation, usage au sein de l’oeuvre de ces « sources » ; celle encore du rapport entre sources et sens. Si l’identification des « sources » et du « sujet » ne suffit pas à fonder le sens (« l’intelligence » ou « l’explication » du tableau dans les termes du XVIIe siècle), en quoi et comment peut-elle en effet y contribuer ?

 

 

Comments are closed.