Médias

Archives

Soleils baroques. La Gloire de Dieu et des Princes en représentation dans l’Europe moderne

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 15/05/2014
Toute la journée

Emplacement
Château de la Roche-­Guyon

Catégories Pas de Catégories


Affiche_A4 2> Château de la Roche-­Guyon
> 15 mai 2014

 

Second volet d’une rencontre qui s’est tenue à Rome en novembre 2014, cette journée se propose de poursuivre, au coeur du domaine des La Rochefoucauld, l’exploration du motif politique et religieux de la Gloire à l’époque moderne. L’immense « Gloire » de Gian Lorenzo Bernini qui surmonte la Cattedra de Saint-Pierre de Rome est devenue l’emblème triomphant d’un « baroque » romain à vocation universelle. Sa réalisation, inédite dans ses formes, est contemporaine des innombrables paradis célestes et « Gloires divines » des coupoles qui se multiplient dans la capitale de la chrétienté à partir des années 1620. Associée soit aux personnes trinitaires, soit à l’eucharistie, soit à la Vierge, soit à l’Apothéose des saints de la Contre-Réforme, la Gloire est devenue l’objet quasi obligé d’innombrables sanctuaires européens des XVIIe et XVIIIe siècles : de Rome à Paris, Madrid, Anvers ou Munich, mais aussi dans nombre de centres provinciaux.
Associée de façon privilégiée au domaine religieux, cette symbolique solaire a été également exploitée dans le domaine monarchique et civil : des Barberini ou de la couronne espagnole à l’inévitable « Roi-Soleil », en passant par les « Gloires » et autres « Triomphes » ou « Apothéoses » des grandes familles aristocratiques, Républiques ou Etats européens. Ultime et surprenante métamorphose, ce motif, réélaboré sous la Révolution française sous la forme d’un triangle rayonnant autour d’un oeil omnivoyant, se retrouvera au sommet de la Déclaration des droits de l’homme et des citoyens en 1789…
Associant historiens de l’art et historiens de la période moderne, cette rencontre se propose de poursuivre et conclure l’enquête sur la genèse, la fortune, les dispositifs concrets et, surtout, les effets de sens de la Gloire.

 

 

 

Programme

9h30 : Accueil des participants

10h-12h30

Marco Penzi (EHESS) : La Gloire de Lépante, entre triomphes et représentations.

Yvan Loskoutoff (Université du Havre) : La glorification du pape Grégoire XIII (1572-1585) : le serpent d’airain.

Cécile Vincent-Cassy (Université Paris 13-Sorbonne Paris Cité) : Gloire baroque à Madrid : à propos du programme pictural de l’église de Saint Antoine des Allemands (XVIIe siècle).

14h30-18h30

Emilie Roffidal-Motte (Université de Provence) : La Gloire de Saint-Maximin : manifeste dévotionnel et signe de pouvoir.

Magali Théron (Université de Provence) : Entre les ondes et les cieux : la sculpture de la Gloire dans les arsenaux en Provence au XVIIe siècle.

Laurent Lemarchand (Université de Rouen) : 1715 : la mort du roi de Gloire ?

Christophe Morin (Université de Tours) : La Gloire des La Rochefoucauld à La Roche-Guyon : une séquence d’accès éloquente.

Pascal Dupuy (Université de Rouen) : De la Gloire des Lumières à la Gloire du soldat : itinéraire d’un motif sous la Révolution française.

 

 

IM0608-hr

Château de la Roche-­Guyon

Renseignements et inscription :

GRHis – Université de Rouen,

UFR des Lettres et Sciences Humaines
Rue Lavoisier
76821 Mont-Saint-Aignan cedex
Tél. 02 35 14 71 00
E.mails : florence.lepouze@univ-rouen.fr;
michele.virol@univ-rouen.fr; frederic.cousinie@univ-rouen.fr

 

 

 

 

Comments are closed.