Médias

Archives

Otages, signes et instruments de domination impériale

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 29/03/2017
14:00 - 17:00

Emplacement
Université de Rouen - Maison de l'Université

Catégories Pas de Catégories


Le GRHIS vous convie à une après-midi de dialogue entre historiens sur ce thème, en salle divisible nord de la Maison de l’Université.

Si l’institution des otages en sens générique connaît des formes diverses dans pratiquement toutes les civilisations et les époques, notre intention est de nous pencher sur une catégorie spéciale que l’on pourrait appeler les « otages impériaux ». Il s’agit de jeunes, femmes et hommes, qu’un centre impérial prélevait sur les élites des peuples dominés (princes, membres de la grande aristocratie), avec un double objectif.
Tout d’abord, marquer la prééminence du pouvoir impérial sur les peuples conquis et garantir la loyauté des nouveaux sujets : les otages devenaient ainsi des signes de la domination impériale. Ensuite, dans une plus longue perspective, inculquer à ces otages les valeurs propres aux conquérants, pour en faire une nouvelle élite capable de diffuser vers les périphéries conquises la culture impériale. Les otages se transformaient de la sorte en véritables instruments de la domination impériale.
Institution à la redoutable efficacité, elle avait aussi souvent ses limites : ces élites nouvelles qui avaient assimilé la culture dominante ont pu embrasser la cause de leur peuple d’origine, déclencher voire diriger l’émancipation anti-impériale, et finalement défier, parfois avec un succès éclatant, la domination qu’elles étaient censés servir.

Programme

Télécharger le programme en pdf

  • Dan Ioan Mureşan : « Princes sud-est européens, otages politiques à Constantinople (Xe-XVe siècle) »
    Discutant : Pierre Cosme
  • Youssef El Alaoui : « Les écoles pour fils de caciques indigènes en Amérique coloniale et pour enfants morisques en Espagne à l’époque moderne : acculturation, instruction et domination »
    Discutante : Raphaëlle Branche

Comments are closed.