Médias

Archives

Lois, normes et performance en Grèce ancienne, VIIe-Ve siècle av. J.-C.

Carte non disponible

Date / Heure
Date(s) - 05/12/2020
14:00

Emplacement
Université Gustave Eiffel

Catégories


Soutenance de thèse de M. Antoine Chabod

Sujet : Lois, normes et performance en Grèce ancienne, VIIe-Ve siècle av. J.-C.

> le 5 décembre 2020 à 14h00
> Université Gustave Eiffel

Présentation

Comment les Grecs anciens s’informaient-ils des lois en vigueur dans leur cité ? Consultaient-ils des inscriptions sur pierre ou sur bronze, affichées au milieu de l’espace public, comme on le croit souvent ?
En considérant les inscriptions normatives dans leur matérialité plutôt que comme des textes ordonnant une lecture, on se propose d’interpréter différemment leurs usages. On constate notamment qu’elles ne sont pas affichées dans l’espace public avant la fin du Ve siècle. Elles s’amoncèlent au contraire dans quelques sanctuaires et partagent bien des similitudes avec les offrandes. C’est l’un des faits qui questionne la part de l’écriture dans la transmission du droit grec. L’oralité, en revanche, est omniprésente. Les inscriptions elles-mêmes attestent l’efficacité normative d’une grande variété d’actes de langage et l’étymologie des mots du droit évoque également des paroles efficaces. Cette oralité du droit grec conduit à relativiser l’importance des lois formelles dans la cité au profit de la coutume.
Jusqu’au Ve siècle au moins, ce sont les habitudes ancestrales qui constituent l’essentiel du droit des cités. Or ces coutumes dépendent d’une parole d’autorité, fréquemment assumée par les poètes. Quelques témoignages tardifs gardent le souvenir de temps reculés où l’on chantait la loi. Plus encore, les poètes grecs s’emploient à mettre en musique les coutumes tandis que les cités entretiennent des récits héroïques où des poètes inspirés sauvent les citoyens des ravages de la guerre civile. Les expressions du droit grec archaïque et classique paraissent donc être variées, et bien plus originales qu’on ne le pense.

Jury

  • Vincent AZOULAY, Directeur d’études, EHESS, directeur de thèse
  • Patrice BRUN, Professeur, Université Bordeaux-Montaigne
  • Madalina DANA, Professeur, Université Jean Moulin Lyon III
  • Alain DUPLOUY, Maître de conférences HDR, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Silvia MILANEZI, Professeur, Université Paris-Est Créteil
  • Rosalind THOMAS, Professeur, University of Oxford

Comments are closed.