Médias

Archives

Fratries et relations entre frères dans les cités grecques, II : biens, patrimoine, héritage

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 23/03/2018
9:30 - 17:30

Emplacement
Université de Rouen - Maison de l'Université

Catégories Pas de Catégories


Journée organisée (en partenariat avec le laboratoire ANHIMA, Paris) par Patrice Hamon (GRHis) et Ivana Savalli-Lestrade (ANHIMA)

Présentation

Cette rencontre est la deuxième dans une série d’ateliers organisés entre Paris et Rouen et consacrés aux fratries dans le cadre historique particulier que constitue la polis grecque, entre l’époque classique et l’époque impériale. Lors d’une première rencontre organisée à Paris en 2017 («Fratries et relations entre frères dans les cités grecques, I. Prosopographies civiques en regard »), nous nous sommes intéressés aux liens entre frères tels que les révèlent les enquêtes prosopographiques, en prenant pour point d’appui un certain nombre de dossiers épigraphiques, principalement d’époque hellénistique (listes, dédicaces et épitaphes d’Athènes, de Larissa et de Démétrias en Thessalie, de Milet et de Priène en Ionie, de Thasos). L’étude de ces dossiers a permis de constater que les familles nombreuses (avec plus de deux frères) n’étaient pas rares et que les membres d’une fratrie occupaient parfois, au même moment ou à peu de temps d’intervalle, des fonctions publiques importantes. De plus, quelques familles apparaissent pendant plusieurs générations dans les fastes des cités.
Or l’engagement politique durable des élites suppose que des stratégies juridiques, économiques et sociales furent soigneusement mises en place pour gérer les biens de l’oikos et lutter contre le morcellement excessif de l’héritage familial, prévenir les inévitables rivalités entre frères, et perpétuer la fortune et le nom de la lignée. Mais de quels instruments disposait-on pour ce faire ? : pratique de l’indivision ?, droit d’aînesse ou du moins traitement plus favorable de l’aîné par rapport au(x) cadet(s) ?, stratégie de diversification des activités lucratives ?, mariages et adoptions parmi la parenté proche ? C’est ce type de questions que le deuxième atelier « Fratries », organisé cette année à Rouen, entend aborder. Par l’étude comparative de plusieurs dossiers documentaires, tirés des textes littéraires et surtout des « archives épigraphiques » de certaines cités (en Thessalie à nouveau, mais aussi en Macédoine, dans les Cyclades [Ténos] et en Asie Mineure [Mylasa]), nous souhaitons explorer les assises économiques de la suprématie politique des élites civiques, en mettant en exergue les modes de collaboration et de répartition des rôles dans les fratries.

Programme

Télécharger le programme en pdf

  • 10h00. – I. Savalli-Lestrade (CNRS, AnHiMA), Introduction.
  • 10h20. – N. Bernard (Université de Rouen-Normandie, GRHis), « Un père, un héritage et des héritiers. Exemples athéniens du ve et du ive siècle ».
  • 11h00. – E. Le Quéré (Université de Rouen-Normandie, GRHis), « Frères et sœurs à Ténos (Cyclades) à la fin du ive s. av. J.-C : stratégies patrimoniales à la lumière des registres de ventes. »
  • 11h40. – Br. Helly (CNRS, HiSoMA), « La gestion de la terre dans les cités thessaliennes : cadastration, distribution, redistribution et transmission ».
  • 12h30-14h00. – Déjeuner.
  • 14h00. – R. Bouchon (Université Lyon 2-Lumière), « Fratries dans les affranchissements de Thessalie : retour sur la question de la copropriété familiale ».
  • 14h40. – M. Mari (Università degli Studi di Cassino e del Lazio Meridionale), « Legami familiari e stabilità dell’oikos in Macedonia : la corte e le città ».
  • 15h20. – R. van Bremen (University College London), « Brothers in the land-lease documents of the Mylasa-region ».
  • 16h00. – P. Hamon (Université de Rouen-Normandie, GRHis), Conclusion.

Comments are closed.