Médias

Archives

Extraordinaires ordinaires (XVIe -XXIe siècles)

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 04/06/2019 - 05/06/2019
14:00 - 18:00

Emplacement
Université de Rouen - Maison de l'Université

Catégories Pas de Catégories


Colloque le 4 et 5 juin, en salle divisible Nord de la Maison de l’Université

Présentation

Ces journées voudraient explorer l’imbrication des temps, la coexistence du quotidien et de la rupture, de l’ordinaire et de l’extraordinaire.
L’événement ne fait pas fi du quotidien. Il ne saurait y avoir de révolution si les bouleversements amenés par celle-ci ne portent pas, au-delà de l’institutionnel, sur les formes mêmes de la vie symbolique (politisation de signes du quotidien, objets, vêtements, langage) ou matérielle (organisation des subsistances, du travail, des relations amoureuses et sexuelles). Quelle que soit l’ampleur des brèches ouvertes, examiner la manière dont l’ordinaire subsiste au cœur de l’extraordinaire permet aussi de mieux comprendre les résistances et les échecs de l’événement.
L’extraordinaire peut échouer à transformer la vie, il peut aussi au contraire laisser des traces profondes sur le continuum des temps supposément renoué : au cœur de l’ordinaire retrouvé, les gestes, les corps, des habitudes nouvelles, portent encore, dans le quotidien apparemment anodin, quelque chose des temps extraordinaires qui furent, rappelant qu’il n’y a jamais de restauration totale.
On réfléchira également à la création souterraine, inaperçue dans le flot du quotidien : catastrophe ou révolution créatrice, renforcement ou délitement des dominations, le changement radical peut s’infiltrer sans qu’on s’en rende compte dans la normalité du temps qui passe et faire qu’une révolution, conservatrice ou disruptive, est déjà là avant même que d’éclater dans l’événement.
Enfin, l’existence de tentatives pour faire vivre, dans un présent à la logique inentamée, des espaces d’utopie concrète où le quotidien n’obéit plus aux logiques ordinaires, interroge également ce que peut être la puissance d’interruption à partir du quotidien lui-même.

Programme

Télécharger en pdf

Mardi 4 juin (13h30-17h30)

  • 13h30 : accueil des participant.e.s
  • 14h00 : Introduction. Déborah Cohen (Université de Rouen-Normandie)

Session 1 (14h25-17h30) : Une politisation du quotidien ?

Présidence : Marie Ladier

  • 14h25 : Haim Burstin (Università degli Studi di Milano-Bicocca),  « Quand l’extraordinaire devient ordinaire: réflexions sur une dialectique en temps de révolution »
  • 14h50 : Discussion
  • 15h05 : Thomas Bouchet (Université de Bourgogne), « Boire et manger aux barricades (Paris, début de la monarchie de Juillet) »
  • 15h30 : Discussion

15h45-16h00 : pause café

  • 16h00 : Pierre Serna (Université Paris-1), « Aimer et se cacher après les 100 jours ; le quotidien d’un républicain de 68 ans »
  • 16h25 : Discussion
  • 16h40 : Jérémie Foa (Université d’Aix-Marseille), « Peut-on passer à côté de l’histoire ? Bouts de quotidien au temps du massacre de la Saint-Barthélemy (1572) »
  • 17h05 : Discussion

20 h00 : dîner

Mercredi 5 juin (9h15-17h)

Session 2 (9h15-12h50) : Rémanences de l’extraordinaire

Présidence : Haim Burstin

  • 9h15 : Eugénia Paliéraki (Université de Cergy-Pontoise), « Cultiver la révolution. L’extraordinaire et ses trébuchements dans le Chili rural de la « Révolution en liberté » (1964-1970) »
  • 9h40 : Discussion
  • 10h : Rachel Renault (Université du Maine), « La permanence de l’extraordinaire : se révolter contre l’impôt dans le Saint Empire (XVIIe-XVIIIe siècles) »
  • 10h25 : Discussion

10h45-11h05 : pause café

  • 11h05 : Marie Ladier-Fouladi (CNRS), « Allez les filles ! La Révolution iranienne de 1978-1979 à l’échelle de l’intime »
  • 11h30 : Discussion
  • 11h50 : Federico Tarragoni (Université Paris-7 Denis Diderot), « Nuit Debout et son « après-coup », par ceux qui l’ont vécu : bifurcations biographiques et mélancolie utopique »
  • 12h10 : Discussion

12h30-14h : Repas à la MDU

Session 3 (14h30 -17h) : Quand l’événement permet d’imaginer un autre quotidien

Présidence : Eugénia Paliéraki

  • 14h : Louis Hincker (Université de Clermont-Auvergne), « 1939-1940, le familier inquiété : écrire ensemble l’entrée en guerre dans la correspondance familiale de Michel Leiris »
  • 14h25 : Discussion
  • 14h45 : Marc André (Université de Rouen-Normandie), « L’héroïsation des gestes quotidiens : discours intimes et publics autour des manifestants arrêtés et emprisonnés durant la guerre d’Algérie en France (1954-1962) »
  • 15h10 : Discussion

15h30-15h55 : pause café

  • 15h55 : Ludivine Bantigny (Université de Rouen-Normandie), « 68 l’extraordinaire de l’événement pour voir l’ordinaire autrement »
  • 16h20 : Discussion

Conclusions

  • 17h : fin du colloque

Comments are closed.