Médias

Archives

Au-delà des miroirs : la littérature politique dans la France de Charles VI et Charles VII

Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 15/09/2011 - 16/09/2011
Toute la journée

Emplacement
UFR Sciences humaines et arts de l'Université de Lorraine

Catégories Pas de Catégories


Colloque

 

Jeudi 15 et vendredi 16 septembre 2011

> Université Paul Verlaine-Metz, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle du Conseil (D206)

 

Dans la France du XVe siècle, marquée tout d’abord par la guerre, les troubles politiques, les incertitudes quant à l’état mental du roi ou à sa légitimité, puis par la stabilisation progressive de la société politique et la réforme des institutions de gouvernement, l’abondante littérature de conseil politique dément la vision que l’on a parfois du caractère statique du genre : bien au contraire, ces ouvrages, qu’il s’agisse de « miroirs », de « conseils », de « remontrances », ou encore de prophéties, s’inscrivent profondément dans le contexte de cette période, proposent des réformes précises, prennent en considération les renouvellements du savoir. Dans la situation d’urgence qui marque les règnes de Charles VI et Charles VII, chaque membre du corps politique peut se sentir investi du droit à la prise de parole, qu’il s’agisse de proposer des solutions aux crises qui secouent le royaume, de défendre les libertés ou de critiquer le gouvernement. Si l’étude de la littérature politique médiévale doit se faire dans le cadre de périodisations amples, il semble toutefois important de se pencher séparément sur la production de cette période, dont la forme – la pastorale, par exemple –, la thématique (la justification du tyrannicide, l’exclusion des femmes de la succession royale), comme le contexte politique très particulier où elle s’inscrit, offrent de nombreuses spécificités. Par ailleurs, les destinataires ne sont plus ceux d’avant la crise provoquée par la folie de Charles VI en 1392 : on s’adresse aussi bien aux proches du roi qu’au roi lui-même, et les princes du sang occupent naturellement une place nouvelle dans l’organisation des pouvoirs, comme dans la littérature qui les prend souvent pour destinataires. On trouve la même ouverture du côté des auteurs, qui recourent désormais presque systématiquement à la langue vernaculaire pour s’exprimer. La diffusion, grâce à l’imprimerie, de certains textes, put aussi contribuer à transformer le lectorat de cette production. Plusieurs colloques récents ont pris les « miroirs » pour objet (Rouen, Dunkerque), et cette initiative s’inscrit dans leur continuité, mais peut-être faudra-t-il tenter d’emprunter quelques voies peu explorées, de s’attacher aux textes méconnus et inédits et d’ouvrir plus largement le spectre de la production politique, tout en croisant les approches des historiens avec celles des philosophes, des littéraires et des historiens du droit. L’étude d’œuvres précises, des autorités partagées par les auteurs, des filiations textuelles ou des thèmes transversaux devrait permettre de contribuer à renouveler les thèmes et les analyses. Une journée d’étude préliminaire rassemblera les intervenants en septembre 2011, avant la publication des actes dans les Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes (parution juin 2012).

Illustration. Dialogues de Pierre Salmon, Fr. 165, Genève, Bibliothèque universitaire (d’après Œuvres de Christine de Pizan. Les dernières enluminuresArt de l’enluminure 18, 2006).

 

Programme

 

Jeudi 15 septembre 2011

 

14h00. Accueil par Frédérique Lachaud (université Paul Verlaine Metz) et Lydwine Scordia (université de Rouen) : Introduction

 

Session 1 : Formes et enjeux du texte politique

15h. « Tristesses de l’engagement : l’affectivité dans le discours politique à la fin du Moyen Âge » (Jean-Claude Muhlethaler, Université de Lausanne)

15h30. « Le Quadrilogue invectif d’Alain Chartier (1422) : œuvre littéraire ou écrit de circonstance ? » (Philippe Contamine, Institut de France)

16h. Discussion et Pause

16h45. « L’Avis à Yolande d’Aragon. Edition d’un miroir au prince du temps de Charles VII » (Jean-Patrice Boudet, université d’Orléans)

17h15. « Military Courage and Fear in the Chivalric Imagination of Late Medieval France » (Craig Taylor, Université de York)

17h45. Discussion

 

Vendredi 16 septembre 2011

 

Session 2 : À la croisée des genres

9h. « Qu’apprend-on aux rois ? L’exemple de la physiognomonie dans le Secret des secrets » (Denis Lorée, université de Rennes II)

9h30. « “ Par ung miroir en oscurté ? ” L’histoire comme conseil politique dans les ouvrages de Noël de Fribois, Mathieu Thomassin et leurs contemporains » (Kathleen Daly, Oxford)

10h. Discussion et pause

10h45. « Morigéner ou galvaniser ? Les miroirs aux princes à l’époque de Charles VII » (Franck Collard, université Paris-Ouest)

11h15. Discussion

11h30. Conclusions (Mireille Chazan, université Paul Verlaine Metz)

12h. Table ronde

13h. Clôture du colloque

 

Téléchargez le programme

 

Responsables scientifiques

Frédérique Lachaud, Université Paul Verlaine-Metz (CRULH)

Lydwine Scordia, Université de Rouen (GRHIS)

 

Partenariat

Université Paul Verlaine-Metz

CRULH

 

Comments are closed.